CHAPEAUX OXYDÉS

CHAPEAUX OXYDÉS
CHAPEAUX OXYDÉS

CHAPEAUX OXYDÉS

Initialement, le mineur désignait par chapeaux de fer les masses de limonites formées par altération des gisements renfermant de la pyrite et/ou d’autres sulfures de fer. Puis, par extension, on parle de chapeaux de fer des gisements métalliques sulfurés, c’est-à-dire la zone où s’effectue l’oxydation de ces sulfures. Cette zone, dont la puissance varie d’une à plusieurs dizaines de mètres (900 m dans le cas exceptionnel de la mine de Lopeli, en Rhodésie du Sud), est comprise entre la surface et le niveau hydrostatique.

On observe un partage des métaux dû aux solubilités différentes des sulfates et carbonates à partir des sulfures et arséniures qui sont plus sensibles à l’action de l’oxygène.

Les structures peuvent être scoriacées, cellulaires, spongieuses, cloisonnées (box-work ); parfois fonction de celles du minerai qu’elles caractérisent, donnant alors de précieuses indications sur le minerai avant l’oxydation. Les formes (rognons, mamelons, agrégats, enduits, amas pulvérulents) peuvent aider à la compréhension de la genèse du chapeau.

La nature même des processus de formation des chapeaux oxydés implique une étroite liaison entre les facteurs climatiques et la roche naissante. À un climat sec et chaud (solutions très concentrées à migration faible) correspond un chapeau puissant; à un climat humide (lessivage intense) correspond un chapeau pauvre en minéraux d’oxydation. La présence de chlorure de sodium dans les eaux météoriques permettra des paragenèses à chlorures: cérargyrite Ag(Cl, Br), atacamite Cu2(OH)3Cl. L’influence maritime provoquera un apport d’halogènes. Un contexte carbonaté ou volcanique neutralisera rapidement les solutions acides, limitant les migrations et favorisant ainsi les croissances de cristaux; des schistes siliceux auront des effets contraires. Enfin, des roches encaissantes séricitisées fourniront le potassium nécessaire aux cristallisations de sulfates ferri-potassiques, plombo-potassiques, cupro-potassiques hydratés, selon les cas. L’influence des facteurs climatiques et lithologiques peut donc être très importante, et le chapeau d’oxydation n’est pas systématiquement représentatif, par son volume, du gisement métallifère dont il dérive.

Les minéraux des chapeaux oxydés se présentent sous forme d’oxydes, d’hydroxydes, de sels oxygénés de métaux lourds, carbonates, sulfates, phosphates, arséniates, molybdates, chromates, tungstates, vanadates... appartenant à des paragenèses nombreuses et variées. Ainsi, l’altération des divers minerais de cuivre conduit à la malachite verte, au chrysocole, à la covelline, à la pseudomalachite, à la ténorite (à partir de chalcopyrite), à l’azurite bleue, à la cuprite rouge carmin. Des mélanges d’oxydes de cuivre et de limonite se signalent par des couleurs brunes, brun foncé, brun-rouge.

L’altération des minerais de plomb (en particulier la galène) permet des cristallisations de cérusite (colorée en vert, bleu ou rouge par des oxydes métalliques), de wulfénite (jaune cire à orangé), de pyromorphite et mimétèse, d’anglésite, de phosgénite, leadhillite, descloizite ou encore de vanadinite. Si la roche encaissante est suffisamment riche en chrome, la crocoïse (rouge-orange vif) peut se former.

Les minerais de fer, et en particulier la pyrite, s’altèrent facilement en oxydes hydratés tels que les limonites. Notons que cette altération libère de l’acide sulfurique, qui réagit en donnant des sulfates ferriques. Les limonites précipitent par hydrolyse de ces sulfates. L’acide sulfurique formé accélère énormément la dissolution des autres minéraux. Des hydroxydes de fer, tels que la lépidocrocite et la gœthite, de l’hématite plus ou moins hydratée, la jarosite peuvent aussi se présenter. Sidérite et vivianite participent parfois à cette paragenèse. Dans le cas d’un encaissant argileux, la nontronite (voisine de la montmorillonite) apparaît et tapisse les fissures d’un enduit compact ou terreux. Enfin, dans les régions désertiques, l’oxydation de la pyrite ou de la marcassite conduit à la mélantérite (FeSO4, 7 H2O).

L’oxydation des minéraux arséniés, tels que le mispickel, les cuivres gris, fournit la pharmacosidérite (Fe3(AsO4)2(OH3, 5 H2O). Les minéraux arséniés du cobalt contribuent à la formation des chapeaux par la formation d’érythrine, dont la formule est As25, 3 CoO, 8 H2O.

Les minerais de manganèse donnent naissance à des chapeaux noirs caractéristiques, à psilomélane, pyrolusite, manganite et de wad (MnO2 impur et hydraté, sans composition définie, pouvant accepter Pb, Li, Fe...).

Notons aussi les chapeaux alunifères constitués de yarrosite, lévigite (alunite) et natroalunite, qui résultent de l’action de l’acide sulfurique formé par l’oxydation des pyrites, sur des roches alumineuses.

Enfin, les chapeaux oxydés peuvent conserver des constituants du gisement métallifère initial. Ainsi, les substances insolubles, en particulier les gangues de barytine, quartz quelquefois, ou encore les minerais tels que la chromite et parfois la galène, ou des reliques ayant résisté à l’oxydation, de par leur nature comme la galène ou de par la protection d’une gangue résistante.

Les chapeaux oxydés sont aussi parfois le lieu d’un enrichissement «par différence» en métaux natifs. Ces métaux, qui présentaient une faible teneur dans le minéral hôte, ont pu être concentrés lors de l’oxydation de celui-ci: ainsi l’or, le platine, le cuivre et quelquefois l’argent.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Поможем сделать НИР

Regardez d'autres dictionnaires:

  • OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS — Une trentaine d’éléments (métaux et métalloïdes) forment avec l’oxygène et le groupe hydroxyle (OH) des minéraux que l’on range dans la classe des oxydes et des hydroxydes. La majeure partie de ces minéraux, très importants au point de vue… …   Encyclopédie Universelle

  • GISEMENTS MÉTALLIFÈRES — L’utilisation des métaux contenus dans les roches a été, dès la fin du Néolithique, une préoccupation de l’homme. La recherche des métaux natifs d’abord, des minerais ensuite, remonte donc fort loin. Plus près de nous, les Grecs et les Romains se …   Encyclopédie Universelle

  • MINÉRALOGIE — La minéralogie a pour but l’étude des minéraux, éléments ou composés naturels. Si la notion d’espèce minérale a longtemps varié, depuis quelques décennies les minéralogistes en donnent la définition suivante: un minéral est un solide naturel,… …   Encyclopédie Universelle

  • ÉTAIN — L’étain est l’élément chimique de symbole Sn (du latin stannum ), de numéro atomique 50. Il appartient au sous groupe IV b de la classification périodique. Il y est compris entre le germanium, fort peu métallique, et le plomb. Il se présente… …   Encyclopédie Universelle

  • paille — [ paj ] n. f. • XIIe; lat. palea « balle de blé » I ♦ (Tige coupée). 1 ♦ Collect. Tiges des céréales quand le grain en a été séparé. ⇒ chaume. Paille de blé, d avoine, de riz. Paille fraîche, sèche. Paille servant de nourriture aux bêtes (⇒ 1.… …   Encyclopédie Universelle

  • paillé — paille [ paj ] n. f. • XIIe; lat. palea « balle de blé » I ♦ (Tige coupée). 1 ♦ Collect. Tiges des céréales quand le grain en a été séparé. ⇒ chaume. Paille de blé, d avoine, de riz. Paille fraîche, sèche. Paille servant de nourriture aux bêtes… …   Encyclopédie Universelle

  • Autobus — Pour les articles homonymes, voir Bus. Bus standard Irisbus Agora Line à Lyon …   Wikipédia en Français

  • Chronologie de l'histoire des techniques — Si l’histoire des techniques ne peut se résumer à la seule histoire des inventions, elles en constituent néanmoins une composante importante. Au delà des grands faits historiques ou des découvertes scientifiques associées, la chronologie de… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie des techniques — Chronologie de l histoire des techniques Si l’histoire des techniques ne peut se résumer à la seule histoire des inventions, elles en constituent néanmoins une composante importante. Au delà des grands faits historiques ou des découvertes… …   Wikipédia en Français

  • Histoire des techniques (chronologie) — Chronologie de l histoire des techniques Si l’histoire des techniques ne peut se résumer à la seule histoire des inventions, elles en constituent néanmoins une composante importante. Au delà des grands faits historiques ou des découvertes… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”